Ride The Snake 2022 à Tignes : la vidéo !

C’était sans doute l’édition de Ride The Snake la plus aboutie. Après 4 ans d’absence forcée, Ride The Snake a frappé un grand coup pour son retour, grâce à un snake ultra créatif avec une multitude de lignes possibles.

Bâti le long de Grattalu, sur les hauteurs de Tignes Val Claret, le set up, long et varié, débutait par un hip à gauche ou par deux rails avec un nole central. On entrait ensuite dans le vif du sujet avec des transitions, un craddle, un wall, un hip et un sombrero central. Le gros enchaînement de courbes final pouvait aussi se gaper. Fun à rider, hyper varié, le snake a comblé les attentes de Thomas Delfino:  » Gros travail de construction des shapers ! Brynild et son équipe ont produit quelque chose de vraiment créatif. C’était top de pouvoir rider avec tous les copains, toutes générations de riders confondues. » 

Toute la journée dédiée au shooting (le mardi, car la tempête avait rendu le snake impraticable le lundi), les riders ont enchaîné les runs, multipliant les combos. Gigi Rüf, Elio Fumagali, Séverin Van Dermeer, David Djite, ou encore Elio Fumagali ont particulièrement su tirer profit du Snake. Ce genre de set up sied bien à leur style de ride, et ils ont vraiment cherché des lignes originales tout au long de la journée.  

Un peu plus tard dans l’après midi, Hugo Serra, Lloyd et Spencer Frize ou encore Lucas Cornillat et Lenny Oliver se sont amusés à gapper au dessus de la courbe finale, le tail du snake.

Snake Charmers 

Ce sont finalement Lenny Oliver et Hugo Serra qui ont été nominés pour le titre de « Snake Charmer » par tous les autres riders, ce qui a donné lieu à une ultime battle avec deux runs sur le wall.  Une battle très serrée, mais c’est finalement Lenny Oliver qui a soulevé le trophée du Snake Charmer. 

Lenny : « C’était une journée parfaite. Je suis hyper heureux que les autres riders aient apprécié ma manière de rider ! Le snake était fou, il y avait tellement de manières de le rider. Je me suis vraiment amusé sur le wall et le hip. Si j’avais eu plus de temps, j’aurais essayé de m’approprier davantage le tail du snake, mais Hugo l’a fait parfaitement donc pas de soucis ! »

Hugo :  » Pas si simple de gaper la queue du serpent, j’ai failli me faire mordre ! En fait, il faut un peu de temps pour parvenir à bien exploiter le snake, et ensuite tout s’aligne et c’est parfait. Il faut bien gérer sa vitesse, ses enchaînements pour que tout soit fluide. Pour moi qui aime bien rider les transitions, c’était le top ! 

GALERIE PHOTOS


« C’est du carving Monsieur le Juge, je vous l’assure »

« C’est du carving Monsieur le Juge, je vous l’assure »

« Je soutiens une version différente Monsieur le Juge, écoutez-moi.

Il y a une sensation assez bizarre que j’ai toujours aimée, recherchée, écoutée.

Mais je ne l’ai pas beaucoup exprimé parce que ça n’a jamais été dans l’air du temps. ça a même toujours paru contradictoire.

Cette sensation, c’est le CARVING EN POUDREUSE.

Vous voyez, ça ne va pas ensemble maintenant que je le dis !

Mais je crois bien que c’est vraiment du carving quand on essaie de ne pas se servir de la poudreuse pour se freiner sur le talon, quand au contraire ça rentre sur le fil comme une aiguille dans la laine et que l’appui devient ferme sous la carre, juste dosé pour que ça ne s’enfonce pas trop sur la tranche et quand ça mord bien, pousser, pousser bien à plat pour que ça accélère autant que possible et que la courbe soit le plus bouclée possible, à la limite de revenir à la contre-pente, et là ça relance, ça fait un rebond pour la bascule de tout le corps dans le virage suivant.
Ce qui me fait dire que c’est du carving, c’est la prise de conscience de la même notion en ce moment dans le surf. Oui, la vague est dans sa révolution des aerials, mais on y découvre aussi le mot carving et c’est récent. Pourquoi ? Parce que pour voler, il faut d’abord décoller. Et pour décoller, il faut une trajectoire contre l’onde, juste dosée pour que ça ne s’enfonce pas trop sur la tranche et quand ça mord bien, pousser, pousser bien à plat pour que ça accélère autant que possible et que la courbe soit le plus bouclée possible, revenir à la contre-pente, et là ça relance, ça fait un rebond… Vous avez vu, j’ai fait exprès de redire la même chose que plus haut pour le snowboard et que eux ils appellent du carving.

Ce qui change donc aujourd’hui c’est que des amis peuvent me comprendre quand je dis carver la poudre.

Moi, c’est vrai plaisir.

De l’utilité du swallow long tail.

De la recherche d’une perfection en powsurf.

Carver la poudre.

Je maintiens ma version Monsieur le Juge.« .

Denis BERTRAND

 

Natural Selection 2021

Natural Selection 2021

NST 2021

Natural Selection Tour

Robin Van Gyn & Mikkel Bang
remportent la finale
du Natural Selection Tour 2021

Mikkel Bang© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Travice Rice, Liam Griffin et Carter Westfall ont réussi un pari incroyable, organiser deux étapes qualificatives du Natural Selection à Jackson Hole et Baldface pour achever la tournée en Alaska dans les montagnes Tordrillo à une centaine de kilomètres au nord-ouest d’Anchorage. 

Liam Griffin, COO et co-fondateur du Natural Selection nous explique :
« Toute la saison a été une progression logique pour le backcountry freestyle. Nous avons commencé à Jackson avec un parcours super bien ficelé et des modules construits sur mesure. Ensuite, direction la Colombie-Britannique où les riders ont eu deux jours pour repérer les lieux et construire eux-mêmes les obstacles. Et enfin, nous terminons en Alaska où tout est à portée de vue et 100 % naturel. »

Carter Westfall, le CEO du Natural Selection relève quant à lui l’importance des partenaires de l’événement :
« Cet événement n’aurait jamais été possible sans le soutien de nos partenaires, avec en tête YETI, Bronco Sport, HempFusion et Backcountry. Merci aussi à Red Bull qui diffuse la compétition dans le monde entier. Par ailleurs, notre « Industry Alliance », qui regroupe plus de 15 marques bien établies telles que Union Binding Co, Oakley, Lib Tech et Burton, a apporté un soutien financier, mais aussi les ressources marketing nécessaires pour générer un tel engouement autour du NST. Nous apprécions vraiment le soutien de tous nos partenaires, car sans eux, cet événement n’aurait pu avoir lieu. »

Travice Rice exprime sa satisfaction : « Nous y sommes enfin. L’Alaska offre les plus belles options et les meilleures possibilités d’expression pour le backcountry freestyle. Ici, on place la barre à un niveau plus haut. Pour moi, c’était un rêve d’amener un tel événement jusqu’en Alaska. Et nous avons pu le concrétiser grâce au soutien de l’incroyable communauté des sports d’hiver d’Anchorage, Girdwood et au-delà. »

 

La progression des compétitions en trois étapes :

1 – Yeti Natural Selection
Lieu : Jackson Hole – Wyoming – USA
Date : 3-9 FÉVRIER 2021
CONCEPT : Freestyle Backcountry, modules construits sur mesure

Résultats hommes :
1er mark Mc Morris
2nd Ben Fergusson
3ème Mikkel Bang

Résultats femmes :
1ère Zoi Synnott
2nde Marion Hearty
3ème Hana Beaman

Anecdote : Marion et Victor De Le Rue ont voulu profiter de la fin de journée des qualifications pour rider le BC de Jackson Hole. En bons Français, ils sont passés sous les filets qui délimitent le domaine skiable, il se sont fait choppés par les Ski Patrols, et retirer leur forfait semaine qui devrait leur permettre de « profiter » de la station en attendant les épreuves finales le week-end suivant. Tous les riders de la compétition sont restés sur Jackson laissant nos deux gitans à l’abandon. Forcés de s’exiler dans une autre station pendant toute la semaine, ce n’est que le matin de la finale qu’ils ont été autorisés à reprendre leur ski pass pour accéder à la compétition. 

Marion termine seconde et se qualifie pour la finale en Alaska.

 

Replay Jackson Hole
https://www.redbull.com/fr-fr/live/natural-selection-tour-2021-jackson-hole-jour-un

 

2 – Bronco Natural Selection
Lieu : Baldface Valhalla – Colombie Britannique – Canada
Date : 21 MARS 2021
CONCEPT : Self construction des modules par les riders

Résultats Baldface Valhalla
1er Chris Rasman
1ère Robin Van Gin

Une épreuve assez proche des shooting que l’on peut faire en BC.
Les riders deux jours pour répéter leur ligne dans la face et construire leurs kickers par leur propre moyen.
C’est Chris Rasman et Robin Van Gyn qui auront le mieux préparer et ridé leur set up, s’offrant ainsi une place pour la finale pour Tordrillo Mountains.

Replay Baldface
https://www.redbull.com/fr-fr/live/natural-selection-tour-2021-baldface-canada 

3 – Tordrillo Mountain Lodge Natural Selection
Lieu : Jude Lake – Alaska – USA
Date : 16 AVRIL 2021
CONCEPT : 100% naturel

À noter : Marion Haerty, seconde à l’épreuve de Baldface n’a pas pu se rendre sur la finale à cause des restrictions de voyages imposées par la pandémie. Ce sera Hana Beaman, 3ème de l’épreuve qui s’envolera en Alaska pour remplacer Marion. Robin Van Gyn et Mikkel Bang remporte la finale d’ édition 2021 du Natural Selection Tour.

Replay Alaska
https://www.redbull.com/fr-fr/live/natural-selection-tour-2021-tordrillo-mountain-lodge

Replay Jackson Hole – Jour 2
https://www.redbull.com/fr-fr/live/natural-selection-tour-2021-jackson-hole-jour-2

Zoi Synnott© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Robin Van Gyn© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Mikkel Bang© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Ben Fergusson© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Ben Fergusson© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Ben Fergusson© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Chris Rasman© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Hana Beaman© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Mikkel Bang© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Robin Van Gyn© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Les participants au Lodge© Dean Blotto Gray / NST / Red Bull Content Pool

Audi Nines 2021 – Crans Montana

Audi Nines 2021 – Crans Montana

Audi Nines
Présenté par Falken
Crans Montana Suisse – 7-10 avril 2021

Photo : © Fischi

Pour l’édition 2021, l’organisation du Audi Nines à choisi un nouvel emplacement sur le  glacier de la Plaine Morte, une cuvette au centre de laquelle a été construit un complexe de tables/quarter/spine…  un truc indescriptible mais super chouette, finement sculpté et agencé de façon à être ridé des deux côtés.

44 riders (Ski et snowboard) ont été sélectionnés pour participer… et juger !
C’est la grande nouveauté de cette année, les riders sont récompensés par leurs confrères, tout le monde est juge et l’ensemble des participants votent qui sera élu : « Ruler of the Week », « Most Creative Rider » et qui remportera le « Best Trick ».

 

Photo : © Fischi
Photo : © Fischi
Anna Gasser Photo : © Tanguy Henrijean
Andre Höflich – Photo : © Fischi

Markus Keller & Andre Höflich – Photo : © Theo Acworth

Résultats :

Snowboard Women
Best Trick: Tess Coady (AUS), Switch Backside 900
Most Creative Rider: Tess Coady (AUS)
Ruler of the Week: Tess Coady (AUS)

Snowboard Men
Best Trick: Boris Mouton (SUI), Thin Inrun to Ball to Backflip
Most Creative Rider: Patrick Hofmann (SUI)
Ruler of the Week: Sebbe De Buck (BEL)

#audinines
#Crans Montana
#actsnowboarding 

SNOW HOLIDAYS

SNOW HOLIDAYS

snow holidays

Act x Vans x La Rosière
TRIP 2019

Publié en novembre 2019 dans Act Snowboarding #30

Par Bruno R.

SNOW HOLIDAYS© FRED MARCHADIER

Ça devient compliqué ces histoires de vacances d’hiver. Condamnés à tous partir au même moment au même endroit, on en arrive à redouter ce moment de l’année. À quoi va ressembler le logement ? Combien de kilomètres de queue vais-je devoir affronter ? Y aura-t-il de la neige ? Qui va chopper la gastro en premier ?

Toutes ces angoisses qui ne doivent pas nous faire oublier que parfois, oui parfois, sur un malentendu, ça peut également être tout l’inverse. C’est ce qui s’est passé pour nous sur cette semaine en compagnie des riders Vans à la Rosière et c’est pour ces moments magiques que l’on continuera d’aller aux sports d’hiver.

Sami Luthanen, Kimani Metsch, Bruno Rivoire, Antti Jussila & Valérian Ducourtil© David Tchag

Une semaine de rêve

Bonne neige, bon crew, bonnes « vibes ». Nous en avons eu pour notre argent. Et ce d’autant plus que nous étions invités par la station de la Rosière pour expérimenter sa nouveauté. On ne parle pas ici d’un nouvel airbag ou d’une nouvelle piste de luge mais de l’ouverture d’un nouveau secteur. De la vraie grosse nouveauté donnant accès à un énorme bowl et une multitude d’itinéraires grâce à l’enchainement des télésièges flambant neuf des Moulins et du Mont Valaisan. En ouvrant une nouvelle zone, le déjà célèbre spot de Tarentaise dont les sommets connectent avec la station de la Tuile en Italie élargit considérablement son terrain de jeu. Enfin pour ceux qui n’avait pas envie de marcher bien sûr. Et pour nous recevoir en plus de ces télésièges flambant neufs, la Rosière avait fait les choses bien en nous livrant des tonnes et des tonnes de neige.

Valérian Ducourtil© David Tchag

Équipe de rêve

Pour honorer un tel spot, nous nous devions de faire venir une équipe à la hauteur. Ce n’est pas pour m’envoyer des fleurs mais en tant que Team Manager, j’avais effectué un recrutement digne du pôle emploi. L’équipe comportait deux jibbers finlandais Sami Luthanen et Antti Jussila ainsi qu’un rasta en jogging tout droit sorti des Hautes-Alpes, ça ne s’invente pas : Kimani Metsch. En fait, à part Valérian Ducourtil qui avait fait le déplacement en voisin depuis les Arcs, personne ne semblait vraiment prêt à affronter de telle quantité de neige. Ajoutez à cela l’expression « snow holidays » que l’on a répété à tout bout de champ et qui a assez rapidement conditionné notre petite équipe.
Spot de rêve

Antti Jussila© David Tchag

Premier jour des « vacances », il a tellement neigé qu’une bonne partie de la station reste fermée. On se réfugie dans les arbres sur un téléski bien raide qui dessert un petit bowl sympa. On se fait aussi quelques runs qui descendent quasiment jusqu’à Bourg-Saint- Maurice ambiance Colombie-Britannique. Les jours suivants, il neige, il neige et il neige encore. Et forcément ce qui devait arriver arriva. Au matin du troisième jour, le beau temps. C’est la cohue, on ne sait plus où donner de la tête.

Valérian Ducourtil© David Tchag

L’équipe média composée de David Tchag à la photo et Fred Marchadier pour la vidéo se démène tant bien que mal. Ils shootent, ils snippent même alors que notre petite troupe découvre le domaine. On est proche du ball trap quand on commence à faire du jeté de viande sur la première barre rocheuse que l’on trouve. On fait des backflips en bord de piste, on se ballarge. Les Finlandais font du sous-marin, Kimani, bien équipé sur sa Furlan, furlanise aux côtés de Valérian qui savoure son choix d’être un rider de backcountry avec tout l’équipement et le savoir-faire que cela inclut.

Antti Jussila© David Tchag

On donne tout pour faire des images qui vous donneront envie de booker vos vacances aux sports d’hiver et si possible à la Rosière. Mais avec toute cette neige, c’est pas gagné. Nous devons rider vite pour rester à flot et les déplacements à pied pour se positionner sont impossibles. Le ciel reste très chargé, aucune lumière ni visibilité ce qui nous oblige à revoir notre planning de production. Heureusement nous faisons l’accointance des locaux, par ailleurs très sympas, qui nous montrent quelques runs vraiment chouettes en direction du col du Petit Saint Bernard. La neige est froide, profonde, c’est raide, ça tient bien. C’est le jackpot.

Valérian Ducourtil© David Tchag

Enfin au bon endroit au bon moment. Toutes les vacances ratées sont oubliées sur le champ. Seul bémol, avec toute cette neige les fameux télésièges n’ont toujours pas ouvert. Les pisteurs sécurisent le haut de la station et la jonction avec l’Italie. Pas de souci, on trouve de quoi s’occuper. On ne voit que la partie immergée de l’iceberg et franchement c’est déjà énorme.
On tente même un peu de « side country » dans les chalets blindés de neige. Il faut dire que les jeunes sont en manque de métal et de béton. Et oui, c’est con un jeune. En fait ce n’est que la dernière après-midi que le télésiège ouvrira. Je vous laisse imaginer la scène de liesse où de vieux barbus équipés de sac ABS se mêlent aux skieurs du dimanche pour crayonner tout un pan de montagne jusqu’alors resté vierge. Trop excités par toutes ces lignes, et pris inconsciemment dans cette course à la trace, nous n’avons pas beaucoup documenté cette partie-là de la station.

Antti Jussila© David Tchag

Le « holidays » spirit avait définitivement pris le dessus. En même temps, nos jeunes n’ont pas eu à se servir de leurs Arva et ça, on peut dire que c’est déjà un succès en soi. Ces quelques jours furent parmi les meilleurs de la saison et nous avons découvert un spot de ouf qui gagne à être connu. En fin de journée, une nouvelle perturbation et son mètre de neige supplémentaire viendront à nouveau saturer les installations.

Kimani  Metsch© David Tchag

Mais les Snow Holidays sont finies, retour à la réalité et à nos maisons respectives. Nous renvoyons nos Finlandais au charbon dans les rues d’Helsinki et laissons le spot aux freeriders de Tarantaises qui font très certainement déjà des plans en vue de la prochaine fenêtre de beau temps.

Kimani Metsch © David Tchag

Sami Luthanen © David Tchag

Valé, Kimani & Antti© David Tchag

Valérian Ducourtil© David Tchag

Kimani Metsch© David Tchag

Sami Luthanen

Sami Luthanen

Finland

Antti Jussila

Antti Jussila

Finland

Valérian Ducourtil

Valérian Ducourtil

France

Kimani Metsch

Kimani Metsch

France

VANS

VANS

www.vans.com

La Rosière

La Rosière

www.larosiere.com

Act Snowboarding

Act Snowboarding

www.actsnowboarding.com

Lonely Wolf – Liam TOURKI dans le Pipe de Leysin

Lonely Wolf – Liam TOURKI dans le Pipe de Leysin

Lonely  Wolf

Liam TOURKI

le loup solitaire

Liam Tourki vient de sortir un short edit réalisé dans le Half Pipe de Leysin en Suisse.

Filmé par Sasha Balicco, Lonely Wolf nous présente Liam lors de ses entrainements, seul, tel un loup solitaire.

_______________________

Filming : Sascha Baricco – Leysin – Mars 2021
Photos : David Tchag

Liam Tourki – Leysin 30 mars 2021 – © David Tchag

Liam Tourki – Leysin 30 mars 2021 – © David Tchag

Liam Tourki

Liam Tourki

Équipe de France de Snowboard

Né le 25 mars 1999 à Grenoble
Club C.O. des 7 Laux
Membre de l’équipe de France de Half Pipe depuis 2015.
Sponsors : Nitro France, Easy Riders Les 7 laux, Racer, XxBionic, Région Auvergne Rhone-Alpes, Université de Grenbles-Alpes