Burton & Shinola créent un coffret cadeau édition limitée en mémoire de Jake Burton

Burton & Shinola créent un coffret cadeau édition limitée en mémoire de Jake Burton

Burton x Schinola

Coffret édition limitée

en mémoire de jake burton

Burton et Shinola sont heureux de dévoiler le coffret cadeau Jake Burton Carpenter Shinola : un hommage intemporel à la mémoire de Jake, fondateur de Burton Snowboards et largement considéré comme le parrain du snowboard. Créé en collaboration avec de nombreux amis proches et membres de sa famille, ce coffret cadeau est composé d’articles uniques en rapport avec Jake, notamment une montre Shinola Duck personnalisée en son honneur, une réplique de la première board de la production Burton, et un magnifique livre illustré de nombreuses photos et histoires recueillies auprès de ses proches : famille, amis et photographes de classe mondiale. Cet ensemble cadeau commémoratif sera disponible dans le monde entier à partir du 29 avril, date de l’anniversaire de Jake, sur les sites Burton.com,  Shinola.com Burton et Shinola sélectionnées. 

« Après avoir perdu Jake des suites d’un cancer il y a un peu plus d’un an, un petit groupe de personnes, constitué de sa famille et de ses proches amis, ont mis tout leur cœur dans la création de ce coffret cadeau, comme un hommage à la mémoire de mon mari » confiait Donna Carpenter, propriétaire de Burton. « Tout a commencé lors d’une discussion entre mon plus jeune fils Timi et le créateur de Shinola et très proche ami de Jake, Tom Kartsotis, et l’idée de dédier une montre de la série Shinola Great Americans à Jake. À partir de là, l’inspiration autour de ce projet a rapidement pris de l’ampleur. Nous étions encore tous plongés dans le deuil, et travailler ensemble sur ce projet fut pour nous cathartique et nous a aidé à rester tous unis autour de Jake. Le résultat final est le reflet fidèle de la passion, de l’esprit créatif, et de l’amour de la vie qui animait Jake ».

Chaque article de ce coffret cadeau illustre la passion de Jake pour l’innovation, les beaux objets et l’obsession du détail. La pièce maîtresse du coffret est bien entendu la montre Shinola x Burton JBC Duck. Fabriquée en acier inoxydable et en verre saphir très épais, cette montre est à l’épreuve de l’aventure et rend parfaitement hommage à Jake, lui qui su utiliser son temps utilement, à faire ce qu’il aimait. Gravée au dos de la montre, une image de Jake ridant la Burton Backhill, première planche de la production Burton commercialisée, et surnommée BB1. Pour les passionnés du snowboard et de son histoire, le coffret comprend aussi une réplique du premier snowboard Burton Backhill que Jake ride sur l’image gravée au dos de la montre. Le coffret inclut aussi un grand livre illustré de très belle facture, appelé 13: The Story of Jake Burton Carpenter et qui lève le rideau sur l’histoire de la vie de Jake, qui l’a amené au sommet – des débuts chaotiques jusqu’aux derniers jours sur la neige. Le livre tout comme la montre sont  présentés dans un écrin de cuir isotherme qui se transforme en glacière, concept inspiré par l’idée de Jake d’emballer les boots de snowboard dans des sacs isothermes réutilisables plutôt que dans des boîtes en carton. 

Disponible en quantités très limitées sur Burton.com, Shinola.com et dans les boutiques Burton et Shinola sélectionnées à travers le monde. Le coffret cadeau est vendu au prix de €1200. Pour plus d’histoires sur le coffret cadeau Jake Burton Carpenter Shinola, rendez-vous sur Burton.com.

PAG x UNO Club – La véritable histoire d’une Collab improbable

PAG x UNO Club – La véritable histoire d’une Collab improbable

PAG x UNO 

la véritable histoire d’une collab improbable

© Tom Granier

© Tom Granier

Nous sommes passés à côté d’une info importante cet hiver, une collaboration aussi inédite qu’improbable à vu le jour en début de saison entre PAG la marque française de neckwear et le jeu de carte UNO.

De prime abord le lien entre les deux entités n’est pas évident, d’ailleurs il n’y en a aucun.

Le seul point commun entre ces deux marques, c’est Victor Daviet, oui encore lui.

 

Le même qui prétexte être acteur pour se rendre sur un tournage en Suisse s’avère être aussi addict aux jeux de société, comme quoi on peut être talentueux et avoir des déviances.

 

Le souci de notre animal c’est que rien ne peut se faire sans que le jeu le décide.

Par exemple, vous êtes en trip (voyage qui pue des pieds dès le premier jour) avec cinq potes riders, Il est 19h30, vous proposez de faire à bouffer pour tout le monde, ben non, il faudra que le UNO décide qui va faire à manger.

 

Première partie avant de manger. Le perdant prépare le repas.
Qui va laver la vaisselle ? OK, seconde partie.
Qui va prendre sa douche en premier ? Troisième partie.
Qui va la prendre en dernier ? Quatrième partie.
Qui va boire le verre de genépi « Maison Daviet » ? Cinquième partie, cool j’ai perdu.

Qui prépare le petit-déjeuner (pour tout le monde) ? Sixième et dernière partie de la journée.

 

Au lever, vous pensez que tout est réglé, votre petit déjeuner est joliment présenté sur la table, les autres joueurs immergent tranquillement de leur nuit quand arrive le moment d’aller aux chiottes… si, oui, là aussi… Première partie de la journée à 8:00 du mat, le cigare au bout des lèvres, le sourire crispé et priant pour ne pas finir dernier.

 

En fait, tout est prétexte
à sortir les cartes de leur étui.

Comme tout bon joueur assidu Victor ne perd jamais, ou très rarement, du coup il fout rien en trip, il « délègue » toutes les tâches aux perdants.

Une vraie tactique pour ceux qui n’aiment pas faire le ménage. 

 

À force de faire le coup à tous les riders, plus personne ne veut le suivre sur ses projets ou trips, à moins que ce soit pour ses ronflements.

 

Peu importe, quand on devient joueur de UNO aussi performant, on fini par se faire remarquer.

Mais là non. 

 

Victor n’est pas à la recherche d’un titre, il veut simplement jouer, que ce soit pour régler un problème ou décider quoi faire, l’objectif, la motivation du jeu est là, pas dans une compétition contre le monde entier.

 

Il est donc resté sous les radars de la Fédération Internationale des Joueurs de Uno, la FIJU pour les intimes, aucune reconnaissance professionnelle, pas de sponsoring, rien.

 

Mais notre annécien est malinois, il a trouvé une ruse pour entamer un rapprochement entre sa marque de cache-cou PAG et la marque aux trois initiales (oui je sais, ce ne sont pas des initiales).

Une collaboration est née avec une ligne de cagoule logotypée aux couleurs du jeu de carte.

 

Il y a donc une véritable histoire derrière cette collaboration : un comportement compulsif et une aversion pour les tâches ménagères.

© Tom Granier

Alerte Spoiler ! 

La collaboration PAG x UNO est reconduite, de nouveaux designs seront bientôt disponibles.

 

Retrouvez la collection complète ici.

 

NB, PAG est dirigée par Paul Obermosser, ami d’enfance de Victor et passionné de mode, le jeune lyonnais d’adoption se consacre corps et âme au développement de la marque. Épaulé par la créatrice de mode Louise Porche, les designs et les matières utilisées sont très pointus.

 

Pour la prochaine saison, l’équipe ne va pas en rester là, une orientation « Underwear » est dans les tuyaux.

 

Affaire à suivre.